Accueil

 

Dix jeunes artistes haïtiens à surveiller absolument en 2021

Les jeunes artistes de cette liste peuvent être classés sans conteste dans la catégorie des “nouveaux artistes à suivre en 2021”. Car, ils ont d’une manière ou d’une autre marqué l’industrie de la musique haïtienne ces deux dernières années. Et cela, autant qu’en Haïti qu’à l’étranger. Nous vous proposons donc de continuer à suivre l’évolution de leur carrière pour l’année 2021.

1. Will

Jean Wilbert Platel (Will) est un jeune producteur et chanteur haïtien. “M’oblije Mawozo”, son premier mega hit, est ce single qui comptabilise près de cinq millions de vues sur Youtube. Toutefois, cette chanson n’est pas son premier titre à succès. En 2016, il avait sorti “Lè m fache, m vide bal “, un tube qui allait lever le voile sur le talent de Will.

Il a aussi collaboré avec d’autres artistes à succès dont Rutshelle, Toby, Roody Roodboy, entre autres. En novembre dernier sur Youtoube, on retrouve la version audio de sa dernière chanson “M bezwen yon moun” avec 99.599 vues (consulté le 24 février 2021, 12h43pm). Encore des projets pour cette année, Will ?

2. Liseberth Guillaume 

“Kisa m a t fè?”, premier single et premier vidéoclip de la jeune chanteuse Liseberth Guillaume, est cette chanson contre la violence domestique qui a permis au public non seulement de faire sa connaissance en tant qu’artiste, mais aussi d’apprécier son talent. Sorti le 14 juillet 2019, ce morceau compte actuellement plus de 485K de vues sur Youtube. En mars 2020, avec Rebecca Zama, “Gad sa w fe m?” devient sa deuxième chanson.

Liseberth est cette étoile montante de la musique haïtienne dont on a hâte de voir le devenir. Notons qu’elle a grandi entre Haïti (Cayes) et les USA (Brooklyn).

 

3- Bedjine

Marie Bedjine Love David est compositrice et chanteuse. “Va-t-en bb” a attiré les regards du public sur elle et depuis, elle continue de faire tourner les têtes. Ces deux derniers titres avec K-dilak “Fo pwomès” et “Pouki n te marye” la mettent définitivement sur la voie de la célébrité.

“Kita Nago” au rythme africain est sa dernière musique solo. Elle est plus en plus sollicitée pour les spectacles à travers tout le pays. Pour 2021, doit-on s’attendre à un EP, voire un album?

4-Naikamusic 

Chanteuse et compositrice, Naïka s’est récemment faite remarquée avec sa fameuse reprise de “Don’t rush”, cette musique de Young T & Bugsey, qui a été à la base de nombreux Tiktok Challenges en 2020. De plus, elle a sorti un remix de son single “African sun” avec Michael Brun. Sa carrière n’a pourtant pas débuté l’année dernière. Sur YouTube elle réalisait des covers dont celui de « Papa gede (bèl gason) », un classique de Lumane Casimir. Elle a aussi préparé un live show en fin d’année qui a touché un large public.

5. Sarodj Bertin

Avocate, model, actrice, Miss Haïti 2010 et Reina Hispanoamerica en 2012 entre autres, Sarodj ajoute encore une nouvelle compétence à son CV: celle de chanteuse. Évoluant particulièrement dans la communauté latine, elle a sorti quatre singles en espagnol: “Bla Bla Bla” “No me dejes sola”, “Mi guerera (hommage à sa mère, Mireille Durocher) “, et “Como me muevo” qui sont d’énormes succès.

Pourtant, depuis l’année dernière, elle semble décidée à être beaucoup plus près de la communauté haïtienne. Récemment, elle a chanté dans la vidéo “abdenwèl” en hommage à Lionel Benjamin. Encore l’année dernière sur son compte Instagram, elle s’est postée en photos avec Atys Panch, Paska et autres artistes haïtiens semblant travailler sur de nouveaux projets. A quoi doit-on s’attendre Sarodj cette année?

 

6. K-dilak

Joubitenee Dessalines, K-dilak, était déjà connu du public haïtien avec son premier single avec Johny Black « Pa gad ale m » en 2016. D’autres titres ont suivi: “Yo ale” en collaboration avec Mikaben, « Yap Kenbe », “Papa edem“, “Tou pre mwen“, pour ne citer que ceux-là.

Puis, il a disparu des écrans pour faire son grand retour en 2019 annonçant son premier album. Depuis, il enchaîne les singles à succès tout seul et avec des artistes en featuring comme Misty Jean, Bedjine ou encore Jean Garmel. Des surprises en 2021?

 

7. Jean Garmel Buteau

Buteau a été cet enfant de neuf ans qui, en 2017, a remporté le concours de chant « Noël Caraïbes », organisé par Radiotélévision Caraïbes, face à 220 compétiteurs. En 2020, il nous est revenu plus déterminé que jamais. “Pwoteje tèt ou”, “Maman, I love You” et “Nou ka chanje sa” sont des morceaux qu’il a fait connaître au public.

Puis avec K-dilak, il a été entraîné dans une nouvelle aventure sur la chanson intitulée “Yo Pa Kapab Ankò” qui, depuis sa sortie le 8 novembre 2020, a enregistré plus de 4.5 millions de vues sur YouTube. Un vrai carton! 

Enfant et déjà un prodige de la musique haïtienne, 2021 est une année où l’on l’espère encore sur nos écrans.

8. Siromiel

Siromiel est cette “female band” haïtienne qui fait des étincelles depuis tantôt deux ans. Toutes musiciennes, ces femmes ont su conquérir la scène musicale haïtienne avec des covers mais également avec leurs propres compositions dont un titre récent “Je t’aime encore”. Y aura-t-il du neuf cette année?

9. Danola

Jeune chanteuse haïtienne, Danola Antoine a débuté sa carrière solo en se produisant à différents évènements. Elle fait sa première apparition dans le l’industrie de la musique haïtienne aux côtés de Kanis dans “Pitit tè a”. Plus tard, on l’entend sur son premier single assez original “Premye fwa” et peu de temps après sur “Black bird”. En 2020, en featuring avec Roody Roodboy, elle sort “Me luv the way” qui atteint les millions de vues sur la page YouTube du chanteur. Danola en 2021? Oh que oui! 

10. Tafa mi Solèy

Tafa Ina Evenie Rose Saint-Louis, avec “Mizik sove vim, part 2” a vite gagné le cœur de plus d’un million de personnes sur YouTube.  Elle a été découverte par “D-fi Powèt Revolte” étant la petite amie du jeune frère de ce dernier. Des lors, elle a grave sa voix sur tous les projets de D-Fi dont ses deux derniers albums. “Mizik sove vi m” première partie en duo et deuxième partie qu’elle a chanté en solo a suscité de l’admiration chez le public haïtien.

Le public a accueilli son dernier single titré « Chita tann ou », sorti le 25 octobre 2020, avec la même admiration. On ne sait pas ce qu’elle planifie pour 2021, mais déjà on est impatient.

 

 

 

 

 

Recoin biographie

Biographie de kdilak

K-Dilak est un rappeur, chanteur et auteur-compositeur-interprète haïtien de Konpa, Kizomba, reggae, reggaeton et bachata. De son véritable patronyme Joubite Dessalines, K-Dilak est né le 7 avril 1993 à Chalon, au sud de Miragoâne. Au cours de son adolescence, le Miragoannais semble peu s’intéresser à la musique. À 6 ans, il se rend à Port-au-Prince pour poursuivre ses études classiques. Ce n’est que lorsqu’il décide de quitter le sud de la Capitale pour rejoindre Miragoâne en 2009 que K-Dilak décide de se consacrer à cette forme d’expression artistique. C’est là, dans sa petite localité, qu’il se découvre une véritable passion pour la musique. D’abord attiré par le freestyle en rap (le fait de rapper sur n’importe quelle instrumentale d’abord en improvisation), K-Dilak entouré d’amis, s’oriente progressivement vers la musique en 2008 et fait alors partie de RAS un collectif de hip-hop de son quartier.

L’installation à Carrefour

En 2016, K Dilak quitte Chalon pour s’installer définitivement à Carrefour. Quelques mois après y avoir posé ses valises, il abandonne le groupe RAS pour privilégier une carrière en solo. Le chanteur, originaire de Chalon à Miragoâne, prend vite conscience qu’il est en capacité d’utiliser sa voix et son talent d’écriture pour “faire carrière”. La même année, l’homme qui possède en effet une voix assez haut perchée, se popularise avec le tube « Pa gad ale m », une chanson aux accents reggae rappelant qu’ « il n’y a pas de sot métier». Il y cherche à faire connaître et à mettre en relief des métiers « étonnants » qui se pratiquent dans le monde d’aujourd’hui et qui reflètent les besoins de la société du milieu où ils sont exercés. Avec ce morceau, K-dilak commence à faire parler de lui parmi les initiés.

Avide de nouvelles chansons (et de nouveaux succès), K-dilak poursuit son ascension musicale en enchaînant les projets dont « Papa ede m », « Yap kenbe », « Tou prè mwen ». Ensuite, il s’offre quelques collaborations prestigieuses. On le retrouve, entre autres, aux côtés de Mikaben, sur le titre reggae « Yo ale » (2017), une chanson qui traite de la fuite de cerveaux. K-Dilak y tire la sonnette d’alarme sur l’immigration de jeunes travailleurs qualifiés haïtiens qui fait peser un lourd tribut à un pays au capital humain déjà rare. K Dilak collabore également avec la chanteuse Misty Jean sur “Ban m verite ” (2020) et Buteau Jean Garmel sur le son de “Yo pa kapab ankò” (2020). Les deux artistes choisissent, à travers ce titre, de défendre les droits des enfants en situation d’errance appelés communément en jargon haïtien « Ti kokorat », qui se traduit « enfants de la rue » en français. La vidéo atteint la barre de 3 million de vues sur Youtube en moins de deux mois.

Biographie_de Kenny_Haiti

Kenny haiti Natif de Saint-Marc, il est né le 26 juin 1990. Enfant unique de sa mère, il n’a pas connu son père mort alors qu’il était encore un nourrisson. Friand de riz blanc au lalo, Kenny est très attaché à Haïti. Fan du FC Barcelone et de l’Argentine, jouer au football est son passe-temps favori.

Résidant aux États-Unis d’Amérique depuis plus d’une dizaine d’années, Kenny Sinvil qui s’imaginait une carrière de basketteur lorsqu’il a laissé le pays en 2007 pour rejoindre sa mère en Floride, s’était plutôt retrouvé dans les filets du rap, loin des parquets de la NBA qu’il convoitait: «J’ai toujours aimé la musique. J’ai choisi de la pratiquer au lieu d’intégrer les forces de police… Pour le basket-ball, c’était peine perdue car j’avais déjà dépassé l’âge pour une carrière de sportif.» a relaté l’artiste

L’artiste qui a fait ses débuts dans le groupe “Tragedy”, a découvert son potentiel pour le chant pendant qu’il faisait du rap. Il travaillait en autodidacte jusqu’au jour où il a reçu la proposition du manager de Roody RoodBoy pour une collaboration. Sans trop réfléchir il a accepté, et c’est ainsi qu’a débuté un nouveau tournant dans sa vie artistique, car en collaborant avec Roodboy, le grand public a fait connaissance avec lui. “Pa ka ranplase’w” a connu un succès hors du commun un

Biographie Roodyboy

Né en Haiti Roody Roodboy, de son vrai nom Roody Pétuel Dauphin est très apprécié chez les jeunes. Il travaille sur la sortie d’un album en collaboration avec Olivier Martelly de Big’o Productions. Il a été aussi deuxième au concours d’une compagnie de téléphonie mobile en Haïti en 2013.

Biographie De D’Perfect

De son vrai nom Jameson Danger, D Perfect est une sorte de ¨baladin des fêtes¨ qui ne va jamais sans sa guitare pour pousser la chansonnette. Le jeune artiste dit espérer promouvoir le RN’B. Mélomane devant l’Eternel, c’est pourtant avec le rap qu’il a débuté plus jeune avec ses frères et soeurs. D Perfect découvre le rythme fétiche des Boys 2 Men à l’adolescence et décide d’en faire sa chasse-gardée. Depuis deux ans, il a intégré le label Magic Entertainment. Grâce à cette compagnie, le voici lancé. ¨¨M pa ka diw¨, sa première chanson, est arrivée naguère sur les ondes. Elle parle de l’incapacité d’un homme à trouver les mots pour déclarer sa flamme à sa dulcinée. D Perfect projette de préparer un album dont l’issue est pour l’heure inconnue. Entre-temps il poursuit son petit bonhomme de chemin dans les fêtes pour faire chavirer les coeurs.

Biographie Vag Lavie

Valens Fleurimond dit Vag Lavi fait parler de lui depuis des années dans la musique haïtienne. Il n’est pas encore de ses artistes dont les jeunes rêvent de rencontrer pour signer un autographe, mais il est l’un des plus populaires depuis que le rabòday s’est imposé ici. Né à Port-de-Paix, Vag Lavi affirme qu’il chante depuis assez longtemps pour être fier de sa popularité obtenue en 2010. « Je suis un chanteur, un animateur ; je chante un peu de tout, surtout le rabòday, qui m’a valu ma réputation », dit-il. Alors qu’il vient de réaliser la vente-signature de son mixtape au parc Pierre-Louis à la Croix-des-Bouquets le mardi 18 novembre, l’artiste revient sur son premier hit produit avec la complicité du dj Valmix. « À cette époque, on ne parlait que de la rivalité entre Tonymix et Valmix. J’étais la voix et Valmix le son. On a sorti « Men Vag Lavi » et ça a marché ! Après je me suis mis en solo sans pour autant cassé mon amitié avec Valmix. Je voulais tout simplement être maître de mon inspiration, libre de m’adonner à quelque chose de personnel », continue le jeune homme au long locks. Valens Fleurimond, en se lançant dans le domaine musical, s’est choisi un nom sur mesure : « Je me suis fait appeler Vag Lavi parce que je me suis rendu compte que certains noms aident à votre popularité, ils vous permettent de rester dans la mémoire des autres aisément. » Au long de son parcours, Vag Lavi et NG mix sont invités à participer sur « Ti Manoun », qu’ils transforment rapidement en un hit incontestable. « Ti Manoun » est utilisé par tous les dj, il devient la musique favorite des soirées nocturnes dites « Ti sourit ». « « Ti Mamoun est une composition de Jayvens, mais vu ce que j’ai fait dessus, tout le monde pense à tort que c’est la mienne », reconnaît-il. Aujourd’hui, Vag Lavi est fier de présenter une compilation de sa propre musique au grand public. Son mixtape de huit tracks baptisé « Rien de nouveau dans le monde » accuse la participation du maestro G-Dolph, de Mass Nouns, Sniper, Zoe Kimo, Atis Ce N’est Rien, Bourik Mouri et Offmen Stereo. Selon lui, ce premier produit enregistré à D.V. Record Sound Studio présente des titres qui parlent un peu de tout sans aménagement, un procédé qu’il explique en ces mots : « Le rabòday vous dit les choses telles qu’elles sont. C’est le rythme de la vérité. » La femme, très présente dans ce genre musical, fait l’objet de vives critiques : « La femme est une muse ; elle est présentée dans tous les genres artistiques. Un chanteur la glorifie, un autre met ses défauts sur le tapis. On ne peut s’en passer », explique Vag Lavi. « Je ki wè w », « Mechanste », « Sa ki nan lide yo », « Limenna pa metye », « Manje dyaspora », « M’okouran » et « Rien de nouveau dans le monde » sont les titres de ce mixtape vendu au parc Pierre-Louis à la Croix-des-Bouquets le mardi 18 novembre dernier. Selon les précisions ayant rapport à cette soirée vente-signature, le public a eu droit à un poster, un t-shirt et un CD. Vag Lavi a tenu à remercier sincèrement Graphtek, Sonson Motè Dyaz, son manager Loulou, Jus Cool Up, Boss Bonjan pour leur support.

Recoin Hotel & Radio

Recoin Hotel is a hospitality company that is passionate about ‘making moments’, recognizing that small gestures make a big difference to our guests, our owners, and our people. We do ordinary things in an extraordinary way – a philosophy that has defined our brand’s success from the very start.

wesite: https://lerecoinhotel.com/